Un peu de Savoie, de montagne et beaucoup de soleil

IMG_20141025_091946_redimensionner

Vue depuis le Centre des Déserts

Je viens de passer un magnifique week-end en Savoie, en haut de Chambéry, à 1000 m d’altitude. Le soleil a été de la partie et a illuminé le stage que j’ai animé avec grand bonheur. Seize femmes ont cheminé en ma compagnie de vendredi soir à dimanche après-midi. Ce fut un cadeau qui n’a pas de prix, pour moi, que de voir leurs yeux lumineux et le sourire aux lèvres quand elles sont parties, le coeur allégé et la certitude que l’avenir sera plus heureux.

IMG_201Nous avons eu le bonheur d’avoir l’une des participantes qui est enceinte et une génisse qui paissait dans le pâturage en face de la salle a mis bas dimanche matin. Signes de naissances et de renaissances.

Le Centre des Déserts, où nous étions en pleine campagne, se prête aux activités extérieures et nous avons ainsi pu profiter de la nature et du soleil pour une activité ainsi que faire un feu dehors pour clore le stage.

C’était le troisième atelier de ma tournée, tout aussi magnifique que les deux premiers, et j’ai hâte à ceux de Neuchâtel, le week-end prochain, et Montpellier dans trois semaines. Il reste des places pour les deux, si le coeur vous y appelle. Détails en cliquant ici.

La Savoie

J’ai eu le plaisir qu’une amie me conduise au Centre. Nous sommes parties de Genève vendredi matin et avons passé par Chambéry avant de prendre une petite route en virolets pour monter dans la montagne, dans le massif des Bauges.

mont-blancLa Savoie est un territoire culturel de l’Europe de l’Ouest. Située dans l’angle nord-ouest de l’arc alpin, elle fait partie de la France depuis 1860. Source et suite des infos ici.

Nous sommes montées jusqu’en haut de la montagne, au-dessus des Déserts. En fait, nous cherchions un restaurant pour dîner (midi). Comme nous sommes hors-saison, nous nous sommes fait dire de monter à la Féclaz ou au Revard.

Nous nous sommes laissé guider par l’envie d’aller voir tout en haut et sommes finalement arrivées au Revard, à 1539 m d’altitude, où nous avons eu une vue magnifique sur le Mont Blanc et la vallée avec le lac du Bourget et Aix-les-Bains. Ça valait le détour, surtout que nous avions grand soleil !

.

PANO_20141024_125749_redimensionner

Vue depuis le Revard sur le lac du Bourget et Aix-les-Bains

IMG_20141024_135130_redimensionner

Cèpe glacé 😉

Un restaurant était ouvert et nous avons diné devant la fenêtre surplombant la vallée. Au menu, spécialités savoyardes au fromage et, en dessert, le cèpe glacé (meringues, glace à la vanille et sauce au chocolat).

margeriaz

Margériaz

Durant le stage, nous avons mangé divers fromages de la région, dont la Tomme des Bauges et le Margeriaz, qui m’a fait penser à un Comté en moins fort, du nom de la montagne qui domine justement les Déserts où nous étions, le Mont Margeriaz.

Les maisons traditionnelles de Savoie

Quand j’étais petite, j’allais passer des vacances à Habère-Poche, qui était alors un tout petit hameau en Haute Savoie, chez mon oncle et ma tante. En retournant dans cette région, la forme des maisons m’a rappelé des souvenirs d’enfance.

Les caractéristiques liées aux régions montagnardes sont par exemple les débords de toits, qui permettent de se protéger de la neige et d’utiliser un espace autour de la maison. Cet espace permettait auparavant de stoker du bois ou du matériel. C’est pourquoi les habitations traditionnelles de montagne ont des toits si larges.

IMG_20141024_1527409_redimensionnerDe la même façon, les constructions ont utilisé les pentes à bon escient, par exemple, c’est le pignon qui est en général dans la pente, car cela permettait de charger le foin par l’arrière de la maison, façade nord. De même, l’entrée du chalet se fait par la Nova (façade est). On remarque également que dans les vallées, seul un côté de la montagne est habité, celui qui est le plus éclairé (l’adret). Enfin, le faîtage est dans le sens de la pente.

De plus, la montagne a apporté ces matières premières, comme bien sûr le bois omniprésent dans les constructions, ainsi que la pierre. Le bois a beaucoup davantages pour la région : proximité, bonne isolation, plus léger, bon maintien de la neige. Elle n’est donc pas étonnant de le voir dans toutes les constructions de la région.

On distingue en Haute Savoie deux grandes familles d’habitat que l’on pourrait qualifié de traditionnel (je ne prends pas en compte les habitations citadines). Il y a ceux qui étaient initialement des fermes, et ceux qui étaient des chalets d’alpages. La principale différence réside dans la taille, car les fermes étaient de gros volumes et les chalets d’alpages étaient plus petits. Source et suite de l’article en cliquant ici.

L’air pur de la montagne et le beau soleil nous ont fait grand bien. C’est avec regret que je suis revenue à Genève hier soir, en ville. J’aime vraiment plus vivre en nature avec de l’air pur et de l’espace…

Au programme cette semaine : séjour à Fribourg puis stage à Neuchâtel avant de revenir à Genève lundi prochain.

.

 

One Comment:

  1. Pingback: ÔM Voyages – Genève, le Salève et le Mont-Blanc

Laisser un commentaire