Un peu d’histoire de Bergen

J’aime toujours apprendre sur la vie sociale d’un endroit. Comment les gens vivaient, où, comment, de quoi. Comment ils étaient habillés. J’aime l’architecture ancienne et l’histoire sociale d’une nation. Je dois tenir ça de mon père qui était ethnologue. C’est donc souvent vers ce genre de sujets que je me dirige quand je suis dans une partie du monde que je ne connais pas.

Bergen est une ville de 250 000 habitants ayant une riche histoire de commerce depuis le Moyen Âge. La ville a été fondée à la fin du 12e siècle et on peut encore y voir des vestiges de ce temps. Un musée a même été installé dans la maison la plus ancienne de Bryggen, la plus ancienne partie de la ville sur le port. C’est là que je suis allée aujourd’hui pour y découvrir la vie des marchands de l’ancien temps.

IMG_20140913_144052_redimensionner

Vue de la ville vers 1804. On y voit les maisons alors blanches, signe de richesse car cette couleur de peinture était la plus chère, ainsi que la porte pour entrer dans le quartier par la rue devant les maisons de Bryggen.

Note : je tente de toujours vous mettre des liens de références vers des sites en français mais comme l’anglais est la 2e langue en Norvège, il arrive que je n’en trouve pas.

La ligue hanséatique et le commerce

IMG_20140910_1246090

Quelques maisons de bois de Bryggen

La cité fut fondée en 1070 par le roi Olaf III, dit le Tranquille car son règne ne fut troublé ni par des querelles intestines ni par des guerres. Source et suite

En 1360, le Hansas, une confrérie de marchands allemands, ont instauré l’un de leurs sièges sur le port de Bryggen. Cela leur permit de dominer le commerce pendant 400 ans, contrôlant l’import et l’export des marchandises à Bergen.

Dès la fin du Moyen Âge, Bryggen était devenu le centre d’activités à Bergen. Les façades colorées de ses entrepôts en bois et maison aux pignons sont probablement l’image la plus représentative de Bergen pour la majorité des touristes.

Le Musée hanséatique, logé dans l’un des vieux bâtiments du Hansa sur le front de mer, présente la vie du commerce au 18ème siècle. Source

Un peu d’histoire économique

Hanse_carte

Cliquez sur l’image pour voir les comptoirs faisant partie de la Hanse. Les principaux sont Lübeck en Allemagne, Londres en Grande-Bretagne, Bergen en Norvège et Nowogrod en Russie.

La Hanse, Ligue hanséatique, Hanse germanique ou Hanse teutonique était l’association des villes marchandes de l’Europe du Nord autour de la mer du Nord et de la mer Baltique. Cette Hanse se distinguait des autres hanses et marchands en ce que son commerce reposait sur des privilèges jalousement défendus qui leur avaient été octroyés par divers souverains européens.

Pendant trois siècles, cette Hanse en particulier, et à moindre degré les hanses par extension, eurent un rôle dominant au niveau commercial, puis politique, en Europe. Actives du XIIe au XVIIe siècle, leur déclin et quasi-disparition ont été achevés en 1648 avec les traités de Westphalie signant la fin de la guerre de Trente Ans et de la guerre de Quatre-Vingts Ans. Source

L’économie de la ville est centrée sur le bassin Vagen. Avec le temps, Bergen devient l’un des principaux ports de l’Europe du Nord et un intermédiaire naturel pour le commerce côtier avec les régions ouest et arctique de la Norvège et le commerce maritime international.

Au cours de la première moitié du Moyen Âge, Bergen est la capitale politique de la Norvège. Même si la ville perd plus tard ce titre au profit d’Oslo, elle demeure le principal port de Scandinavie.

Au XIVe siècle, des marchands de la ligue hanséatique allemande s’installent à Bergen et établissent leur siège commercial dans le vieux district portuaire de Bryggen. Bergen devient l’un des quatre principaux ports en dehors des villes hanséatiques et jouit du statut de « Kontor » (comptoir) avec Lübeck en Allemagne, Londres en Grande-Bretagne et Nowogrod en Russie. Grâce à des privilèges royaux, les marchands de la Hanse en viennent à dominer le commerce en Norvège.

IMG_20140910_130713_redimensionner

Une ruelle entre des maisons de bois dans Bryggen

En 1559, la ligue hanséatique est officiellement abolie à Bergen et les marchands se voient dans l’obligation de partir ou de devenir citoyens norvégiens. Un « Kontor » allemand est créé dans le but de maintenir les activités des marchands allemands. Il demeure en place jusqu’en 1754 avant d’être remplacé par le « Kontor » norvégien, qui compte toujours des marchands d’origine allemande.

Le quartier de Bryggen a été ravagé par plusieurs incendies, ceux de 1198, 1248, 1476 et 1702 étant les pires rapportés dans l’histoire. Toutefois, on a pris soin de le reconstruire en respectant le même plan d’aménagement urbain et les limites des propriétés, en se basant sur les fondations restantes et en employant des techniques et matériaux traditionnels. Par conséquent, le quartier actuel constitue un « livre d’histoire urbaine » où l’on trouve des vestiges archéologiques de plus de 8 m d’épaisseur et des renseignements sur plus de 600 ans d’activité portuaire. Source

La visite du musée hanséatique

Il est toujours fascinant, pour moi en tout cas, d’entrer dans une maison historique. L’imagination me fait alors faire un saut dans le temps et je pense aux personnes qui y vivaient alors. La vie dure qu’on voit dans les films doit avoir été celle des marchands de Bryggen…

Cette ville a été fondée par des allemands qui, au plus fort de la Hanse, cette société fermée sur elle-même – Bryggen était alors un quartier uniquement allemand dans une ville norvégienne – faisaient venir 3000 litres de bière par années en tonneaux d’Allemagne… pour une population de 2000 âmes environ. Les hommes pouvaient boire jusqu’à trois litres de bière par jour. Il faut dire que l’eau n’était pas potable et l’hygiène pas terrible non plus. La bière aidait à tuer quelques bactéries…

Le musée hanséatique

Le musée hanséatique

La maison où est installé le musée hanséatique, qui a plus de 300 ans, servait autrefois de base pour un groupe d’hommes par compagnie marchande : un gérant, un contremaître et quelques apprentis. Ceux-si devaient travailler durant six ans avant de pouvoir briguer un poste de contremaître. Ils dormaient tous dans la même pièce mais chacun dans leur lit-caisson avec une porte qui leur permettait de rester au chaud en fermant les portes.

Faire du feu à Bryggen était totalement interdit car les maisons de bois prenaient vite feu. Les hommes trouvaient donc d’autres façons de se réchauffer. Les maisons étaient bâties collées à 5 ou 6 par rangée avec, au bout, une pièce communautaire en pierres où les hommes pouvaient se rencontrer et se réchauffer tout en buvant et jouant.

Les femmes et les mariages n’étaient pas admis à Bryggen non plus. Les allemands refusaient que leurs employés aient des relations hors de leur travail. La prostitution y a quand même pris une belle place.

Pour en savoir plus sur l’histoire de Bergen et de Bryggen : Unesco, Wikipedia, Organisation des villes du patrimoine mondial.

Photos prises dans le musée hanséatique :

.

.

 

One Comment:

  1. Pingback: Chemin de Vie – Nouvelles de voyage

Laisser un commentaire