De Ch’ti à Platt en quatre heures de route

Depuis une semaine, j’étais chez les Ch’tis dans le Pas-de-Calais, dans la campagne près d’Arras et de Béthune. Une région très verte, remplie de champs cultivés, d’arbres et de petites forêts, de charmants petits villages et de gens parlant un patois qui a donné son nom à un film sympathique, Bienvenue chez les Ch’tis.

Le Ch’ti

Le Chti, également appelé ch’ti, ch’timi, chtimi ou patois du Nord, est, à l’origine, la langue d’oïl picarde parlée dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais et à Lille. Par extension, chti est aussi le nom donné à toute sorte de picard parlé en région Nord-Pas-de-Calais.

Le ch’ti est une langue qui a pour origine la langue d’oïl parlée autrefois dans le nord de la Gaule gallo-romaine puis franque. Elle a évolué depuis le latin vulgaire venu des invasions romaines et du parler germanique des Francs au Ve siècle. L’une des premières traces écrites est la Séquence de Sainte-Eulalie, écrit à la fin du IXe siècle. À cette époque, cette langue était nommée « roman » (lingua romana rustica) (comme tous les parlers de la moitié nord de l’actuelle France) ou « langue romane vulgaire ». La dénomination « picard » est apparue plus tard, vers les XIIe / XIIIe siècle quand la différence entre le parler du nord et le parler franceis était désormais flagrante. Suite de l’article ici

IMG_20140929_143947_redimensionner

Grande place d’Arras vue du beffroi

Hier, avant de quitter le Pas-de-Clais, j’ai fait une rapide visite d’Arras avec Marie-Pierre. Nous sommes notamment montées jusqu’en haut du beffroi d’où on a une vue magnifique sur toute la ville.

J’ai ensuite pris un co-voiturage d’Arras à Metz puis le train pour Thionville où je suis arrivée hier soir chez ma petite cousine.

Le Platt

IMG_2903_redimensionner

Châtaigniers aux couleurs d’automne

Après avoir travaillé, comme tous les matins, de 7h à 13h environ, j’ai pris mon sac à dos et ai marché près de cinq heures pour me rendre au centre-ville et visiter cette charmante bourgade historique. J’ai passé par le bord de la Moselle, la rivière qui borde la ville. J’y ai notamment rencontré des châtaigniers séculaires aux couleurs d’automne et un couple de cygnes qui sont venus me dire bonjour.

En entrant dans l’Office du Tourisme, je vois des sacs et T-shirts imprimés d’un langage mêlant français et allemand, à première vue. Curieuse, je demande à la dame ce que c’est. Elle me répond que c’est l’argot du coin, le Platt ou francique lorrain.

Les lorrains, à l’instar des bretons ou des basques, usent pour beaucoup d’une langue régionale aux variations diverses et qu’on dénomme le Platt. Beaucoup de lorrains l’ignorent, mais il subsiste dans notre région une langue que 200 000 à 400 000 mosellans pratiquent quotidiennement. Issues des parlers germaniques, ces langues sont regroupées sous le nom de Platt. Suite de ce bel article sur cette langue en cliquant ici.

Exemple : Je mange des schneks, des spritz et des knepps donc j’ai du schpeck / Je bois des shlouks de schnapps et je fume des schmers / Oyééééé, ferme ta schness / Je mets mes schlapps et je clanche la porte / Mon katz schmeck et les spatz chantent / Je ratche avec mes potes sauf s’ils sont narreux / Et toi ça geht’s ?

Traduction : Je mange des pains aux raisins, des sablés de Noël et des boulettes de pomme de terre donc j’ai du gras / Je bois des gorgées d’eau de vie et je fume des cigarettes / Hé, tais-toi / Je mets mes pantoufles et j’ouvre la porte / Mon chat sent mauvais et les oiseaux chantent / Je discute avec mes potes sauf s’ils sont chochottes / Et toi comment ça va ?

Pour venir de Suisse et avoir appris l’allemand et un peu de suisse allemand, je reconnais bien là quelques mots de patois de chez moi !

Thionville, ville historique fleurie et accueillante

IMG_2953_redimensionner

Jardin fleuri de l’hôtel de ville

J’ai passé la journée en T-shirt tellement il fait bon. Le soleil est même venu nous rendre visite en fin de journée. Pour un 30 septembre dans cette région, je suis étonnée et très agréablement surprise de cette météo clémente. Les fleurs des jardins et parvis étaient encore toutes en couleurs magnifiques.

J’ai suivi le petit plan de la visite du centre historique et me suis arrêtée à la Tour aux puces où la charmante dame de l’accueil m’a spontanément et généreusement expliqué ce que je trouverais dans le musée.

L’histoire de la région est riche et commence 4000 ans av. J.C. Ancien palais carolingien, fief des comtes de Luxembourg, tantôt allemande et tantôt française, Thionville aujourd’hui principale cité du Pays des 3 Frontières abonde de témoignages de l’histoire. Pour une visite virtuelle, rendez-vous ici.

Une rencontre – signe du rêve en voie de réalisation

Ce matin, en quittant le logement de ma petite cousine, ne connaissant absolument pas le coin, j’ai suivi les indications qu’elle m’avait données pour aller prendre le bus pour me rendre en ville.

Arrivée à la rue du bus, j’ai croisé un monsieur en béquilles à qui j’ai demandé ma route. J’allais dans le mauvais sens. Il m’a alors invitée à marcher avec lui pour me montrer le chemin. Nous avons papoté et il m’a parlé de lui, de son accident, de sa jambe brisée en expédition en Alaska alors qu’il était reporter pour un magazine très connu de voyages. Nous avons échangé nos emails et il semblait très intéressé à ce que nous nous revoyions avant mon départ.

Que j’aie de ses nouvelles ou pas n’a, en soi, pas d’importance même si je serais très heureuse de papoter voyages et journalisme avec lui. Ce qui m’a touchée est cette rencontre tout à fait fortuite au coin d’une rue d’une ville inconnue. J’aurais pu rencontrer n’importe qui mais j’ai rencontré un homme qui m’a dit avoir été ce que j’ai toujours souhaité être un jour, une journaliste qui gagne sa vie en voyageant et écrivant des reportages. L’étape suivante de celle où je suis actuellement, partageant actuellement cette passion bénévolement et avec grand plaisir.

Visite du Luxembourg

J’ai cependant reçu tantôt un beau cadeau en rentrant à la maison, une passe de journaliste de l’Office du Luxembourg qui va me permettre, comme à Bergen, de vous partager de belles visites et découvertes que je vais faire demain et jeudi dans la capitale de ce petit pays, siège de plusieurs établissements et institutions de l’Union Européenne, qui compte 549 680 habitants en 2014 et s’étend sur une superficie de 2 586 km2, faisant de lui une des plus petites nations souveraines d’Europe.

A bientôt !

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

One Comment:

  1. Pour avoir vu les film sur les Chtis, durant lequel j’ai bienri, j’ai reconnu les Québécois, on est pas cousins pour rien!

Laisser un commentaire