Béthune et et notre valeur financière

IMG_20140923_161830_redimensionnerAprès Paris, je suis arrivée lundi à Arras, dans le nord de la France, où mon amie Marie-Pierre est venue me chercher pour m’amener dans son petit hameau à 15 minutes d’Arras et de Béthune. Changement de décors, d’architecture dans les villages au passage. Maisons à pignons de couleurs et de décorations différentes, grandes places du village, souvenirs du Moyen Âge comme le beffroi de Béthune à côté duquel nous avons pris un thé sur une terrasse au soleil cet après-midi.

Construit en 1346, et classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, ce beffroi servait à la fois à des réunions politiques et à abriter le guetteur qui, du haut de son mirador dont il devait faire le tour tous les quarts d’heure, observait à 40 km à la ronde si des feux étaient allumés ou des envahisseurs en approche. Pour rassurer la population, il carillonnait tous les quarts d’heure. Le beffroi a abrité des guetteurs de 1346 à 1918 avec quelques démolitions et reconstructions entre deux.

Notre valeur financière

Planté au milieu de la grande place de Béthune, ce bâtiment séculaire riche d’histoire nous a accompagnées, Marie-Pierre et moi, dans une longue discussion sur la valeur de l’argent versus notre propre valeur, celle qu’on s’octroie et qui est le concept-fondement de notre capacité à réaliser nos rêves et attirer l’abondance dans notre vie. Elle m’a demandé comment j’ai fait pour arriver à réaliser mon rêve, mes rêves, de voyager tout en travaillant. Quels changements de concepts et pensées j’ai instauré dans ma vie pour arriver à gagner plus de sous, etc.

euros-billetsJ’ai réalisé que j’ai appliqué bien des choses, étudiées et pratiquées depuis des années, de façon assez spontanée, en intégrant et plaçant des concepts de la loi d’attraction les uns avec les autres, ce qui donne les résultats actuels.

J’ai travaillé de bien des façons avec bien des outils reçus de bien des coachs mais ça n’a pas vraiment fonctionné…

Ce qui a cependant déclenché l’arrivée de l’abondance financière dans ma vie (consciente) fut quand j’ai commencé à travailler sur ma valeur propre et sur ma confiance en moi, pour retrouver une confiance en l’abondance que j’avais quand j’étais jeune et que j’avais « perdue » avec les années. Une espèce de confiance-lâcher-prise-accueil que je connaissais bien dans ma jeunesse, que je retrouve petit à petit tout en me retrouvant en paix intérieurement, au fil de ce voyage qui me permet de me sentir à ma place et heureuse d’être où je suis actuellement, ici et maintenant.

Les noeuds de mes blocages face à l’argent étaient ceux-ci :

– L’argent n’était pas mon ami. J’ai appris à m’en faire un ami.

– Je ne respectais pas l’argent en le dépensant sans vraiment en avoir conscience. J’avais souvent l’impression que l’argent me filait entre les doigts. J’ai appris à respecter l’argent et à le dépenser avec conscience.

– Je n’arrivais pas à économiser. J’ai ouvert un compte épargne où un virement se fait automatiquement d’un montant fixe chaque mois, me permettant d’avoir un petit coussin de secours ou un apport pour mes voyages sans même m’en rendre compte.

– Tout ce qui touche au système bancaire me faisait peur, d’une certaine façon, peur de voir mon compte proche de zéro, en fait. J’ai appris à avoir du plaisir à aller voir et gérer mon compte en banque et l’argent qui s’y amasse dorénavant plus qu’il ne s’en va.

– Quand je parle à une personne de la banque, je me considère comme une cliente qui apporte quelque chose à la banque – de l’argent pour la faire tourner et faire des bénéfices, entre autres ! – et qui doit donc être respectée au lieu d’être une personne à qui la banque offre des services comme bon lui semble.

Je continue à travailler sur cette valeur intérieure qui augmente doucement mais sûrement car je veux pouvoir me permettre d’attirer certaines choses plus conséquentes dans ma vie et le chemin est bien enclenché !

Jeu de mot : nous étions à Béthune pour parler de… Béh… tunes* !

Inspirer par l’exemple

Sans le savoir, mon projet et la réalisation de mon projet de voyage/travail inspire plus d’une personne. Je reçois régulièrement des commentaires dans ce sens et cela me touche chaque fois.

Dans certains, je sens l’envie devant l’impression que ce n’est pas pour eux, que c’est « trop loin ». Dans d’autres, je sens tout l’enthousiasme mêlé à des peurs de suivre son élan vers ses rêves, si proches de se réaliser.

C’est en lisant ces messages que je réalise que le simple fait d’avoir osé me lancer dans ce magnifique périple est tout simplement inspirant pour bien des gens et j’en suis très heureuse…

Je vous laisse, je prends le train pour Lille. Diner-rencontre ce soir et visite de Lille demain avant de revenir à la campagne !

 

——————–

* tune, en argot français : argent

2 Comments:

  1. Je te souihaite plein de tunes pour que tu puisses faire un tour du monde à ton goût!

Laisser un commentaire