Atterrissage en douceur et chocs du retour

Derniers jours à Paris

Les deux derniers jours de mon voyage, j’ai été accueillie à Paris par une personne qui avait vu l’annonce de mes stages trop tard pour y participer. Elle avait cependant eu un élan spontané et m’avait écrit pour m’inviter à résider chez elle si je revenais à Paris. Élan du coeur de son côté auquel j’avais répondu avec un élan du coeur moi aussi. Ce fut non seulement une belle rencontre mais aussi de belles retrouvailles d’âmes, une soeur retrouvée. Ce fut mon dernier cadeau magique avant de revenir au Québec.

IMG_20141118_110722_redimensionner

Vue du studio de Vivian

Vivian m’a offert son charmant petit studio aménagé pour les touristes, sur le même plancher que son appartement, au 3e étage d’un immeuble qui donne sur une cour dans le 11e arrondissement près de la belle place de la République.

Séjourner dans cet endroit m’a réconciliée avec Paris : j’ai passé la meilleure nuit de tout mon voyage en plein Paris, sans aucun bruit. Inimaginable ! De plus, le quartier, près de la place de la République, est beaucoup plus calme et sécuritaire que le 9e ou le 10e arrondissement. J’ai eu envie de rester plus longtemps mais ce sera partie remise pour mars prochain quand je vais revenir animer d’autres stages en Europe.

Mardi soir, j’ai invité Don Marcelino à souper avec Vivian et sa fille. Nous avons passé une belle soirée à déguster un délicieux repas indien tout en parlant de la vie, des dons, de spiritualité, de la médiumnité – « Nous sommes tous médiums » a répété Don Marcelino – tout en rigolant de moments de vie.

Retour au Québec

J’ai pris l’avion mercredi à Paris avec l’impression que je partais pour une nouvelle destination de mon voyage. Je ne réalisais pas que je rentrais à la maison et, à vrai dire, je n’en avais pas vraiment envie. Ces trois mois de belles rencontres, de visites et de cadeaux de la vie chaque jour m’ont enchantée et j’avais juste envie de continuer.

J’ai atterri 7h30 plus tard à Montréal. Soupé d’un thali d’agneau avec une amie dans notre restaurant favori, le Chand Palace, avant d’aller dormir chez elle. Jeudi matin, déjeuner avec mon ami Martin, auquel s’est jointe Pascale puis diner avec Isabelle et Gilles. Tant qu’à être à Montréal, j’en ai profité pour voir du monde car je n’y vais pas souvent et ils ne viennent pas souvent à Québec non plus. Le voyage et les rencontres continuaient ainsi agréablement.

– De quoi as-tu peur en rentrant à la maison ? me demanda mon amie après que je lui aie dit que je ne me réjouissais qu’à moitié de rentrer chez moi.

– De m’ennuyer après avoir passé tant de temps avec tant de beau monde. De me retrouver seule à la maison comme je l’ai été ces quatre dernières années, à vivre et travailler seule toute la journée. Je n’en ai plus envie du tout. J’ai envie et besoin d’être avec du monde. L’humain n’est pas fait pour vivre seul tout le temps, même si j’ai besoin de mes moments de solitude. Aussi, je ne veux plus travailler 12h par jour sur l’ordinateur pour gagner tout juste de quoi vivre. Je sais maintenant que je peux faire autrement, que j’ai beaucoup plus de plaisir à voyager et travailler à distance, et que ça me rapporte enfin un salaire convenable.

IMG_0196_redimensionnerJ’ai ensuite pris la route – dans mon auto laissée à mon amie à Montréal durant mon absence – et suis arrivée à Québec en milieu d’après-midi.

Premier arrêt : mon ami Karl, mon voisin qui a pris soin de mon appartement et de Milô, mon chat. En ouvrant sa porte vitrée, alors que j’étais encore dans les escaliers, Karl me dit « Appelle ton chat ! ». Milô apparut alors de sa niche sur le balcon, me regarda et trotta vers moi avec joie. De gros câlins s’ensuivirent. Il était content de mon retour et ça faisait plaisir à voir. Milô est un chat cool, pacifique et pas boudeur ni rancunier.

Premier choc

Deuxième arrêt : l’appartement. Vide. Les meubles étaient tous en place mais j’ai eu un premier choc. Le fait d’avoir enlevé toutes mes affaires pour les ranger au sous-sol, le temps de louer à d’autres personnes durant mon absence, m’a donné l’impression que je n’étais plus chez moi.

J’avais laissé des livres dans la bibliothèque. Ils étaient tous mélangés. Les livres, c’est sacré et leur ordre aussi mais bien des gens n’ont pas cette considération malheureusement. Remettre les choses là où on les prend n’est pas donné à tout le monde, ai-je aussi pu remarquer dans la cuisine ensuite. Ce ne sont cependant que de petits détails futils. Il y a des choses bien plus importantes que ça dans la vie. L’appartement était propre et les meubles en état. Tout allait bien.

IMG_20141121_074239_redimensionnerSur le balcon, les meubles de jardin étaient toujours là puisque je les avais laissés pour les locataires durant mon absence. Normalement, la neige-qui-reste n’arrive qu’en décembre, les autres petites « bordées » de neige fondant au fur et à mesure. Une couverture blanche de plus de 20 cm recouvrait cependant le balcon et les meubles ! A Québec, nous avons plus de neige et l’hiver dure un mois de plus qu’à Montréal où une fine couche de neige recouvrait le sol. « Une tempête et demie » était tombée à Québec, de me dire Karl. C’est tôt pour la saison.

J’avais été faire l’épicerie car le frigo était naturellement vide. J’ai tout rangé puis ai sorti mon ordinateur pour voir mes messages. J’ai défait ma valise tranquillement avant de remonter quelques boites du sous-sol : aliments secs, manteau et bottes d’hiver, objets de salle de bain, etc. Ma veste et mes souliers d’automne ne suffisaient plus pour me réchauffer et me garder les pieds au sec avec la neige qui est tombée.

Je n’avais pas envie de réinstaller l’appartement, de le réinvestir. J’avais juste envie de continuer mon voyage. Aussi, les énergies de l’appartement étaient bizarres, lourdes. J’ai nettoyé, ne me sentant vraiment pas bien, pas chez moi. Ce n’est qu’hier que j’ai finalement continué à réaménager mon appartement et que je commence à m’y retrouver.

Deuxième choc

En réinstallant mes affaires dans l’appartement, j’ai réalisé que je n’avais plus envie d’être là, notamment parce que cet appartement me remémore beaucoup de souvenirs avec mon ami norvégien qui a passé un an chez moi, qui est parti justement en novembre l’an dernier pour retourner dans son pays, où je suis allée passer un mois cet été.

J’avais acheté le sofa juste avant qu’il n’arrive. Ce fut le lieu de bien des moments ensemble à regarder des films à la TV ou à discuter. Des souvenirs parfois intenses. C’est aussi là que j’ai passé deux mois l’an dernier à décanter son passage dans ma vie et me retrouver avant de prendre certaines décisions, dont mon voyage.

Après mon passage chez cet ami en Norvège cet été, nous avons échangé quelques temps avant que je décide de couper la communication, ses vieux schémas ressurgissant encore, qui ne m’appartiennent pas et dont je ne voulais plus faire les frais. Il était temps pour moi de passer à autre chose.

Nous étions très proches sans être un couple. Des âmes jumelles. Pareils à bien des niveaux, totalement à l’opposé pour d’autres. Revenir dans l’appartement me le rappelle et me ramène des bons et des moins bons souvenirs à la mémoire. Il est temps de faire mon deuil. Je comprends pourquoi maintenant mon futur amoureux/compagnon de vie ne pouvait se présenter à moi. On ne peut passer à autre relation de façon intègre et être heureux avec la personne sans avoir fermé la boucle de la précédente relation, même si ce n’est pas le même type de relation.

Passages

Je reviens de trois mois magiques à donner et à recevoir chaque jour de beaux cadeaux. Chez presque chaque personne qui m’a invitée dans sa maison quelques jours, j’avais à transmettre un message, donner un soutien, un encouragement à aller de l’avant. Je m’en suis rendue compte après avoir passé chez chacun(e). Rien n’était prévu et tout s’est passé spontanément. J’ai transmis les messages, offert mon soutien et mes encouragements puis ai continué ma route.

Durant ce voyage, j’ai vu combien ma mission de vie s’est encore confirmée, celle que j’ai toujours su que j’avais mais que, durant ce voyage, j’ai acceptée : passer dans la vie des gens pour leur transmettre messages et encouragements pour qu’ils puissent être plus heureux, avant de continuer ma route.

J’ai alors reçu autant que j’ai donné, contrairement aux années où j’avais juste l’impression que ma mission était juste de donner et de passer dans la vie des gens. Je ne recevais alors pas car je n’étais pas prête à recevoir. Pour ce voyage, j’avais décidé d’ouvrir simplement mon coeur et mes bras et accepter tous les cadeaux que la vie voulait m’offrir… et j’ai reçu grandement.

J’ai le coeur rempli d’amour reçu de toutes les personnes que j’ai rencontrées et mon coeur déborde de gratitude pour ces magnifiques rencontres.

Le moment présent

IMG_20141118_143749_redimensionner

« L’urgence de prendre son temps », inscription trouvée dans le Marais à Paris

Tout au long de ce voyage, j’ai été hors du temps, hors de la routine et du stress. J’ai apprécié chaque instant à le créer tout en gérant quelques devoirs que j’avais quand même – professionnels et inter-relationnels évidemment – mais j’ai pu prendre du temps pour visiter et écrire, réfléchir et contempler la vie, les paysages, et me retrouver.

Dans chaque stage que j’ai animé, les mots « moment présent, non-jugement, bienveillance, paix, joie et amour » ont été répétés, ces mots avec lesquels je veux vivre chaque jour et que je souhaite à tous et toutes de choisir de vivre. Ils n’ont pas à nous être donnés. Nous les avons et pouvons les vivre pleinement dès que nous le décidons.

Prochaines missions

Après avoir terminé mon dernier stage près de Montpellier, le week-end passé, j’étais tellement heureuse de ce chemin parcouru que j’ai demandé en Haut quelle est ma prochaine mission car je veux continuer sur cette voie où je sens que je suis vraiment à ma place. La réponse que j’ai reçue à ce jour est « 4 »… mais je ne sais pas 4 quoi… sinon que j’ai 4 stages prévus pour mars 2015. Il reste quelques détails à régler et ils seront présentés sous peu.

Je commence à émerger doucement. J’étais vraiment fatiguée mais comme j’étais dans le courant du voyage, je ne m’en rendais pas vraiment compte. La bonne humeur est toujours là et l’envie de continuer ce beau chemin est bien présent.

Il me reste du matériel pour faire quelques articles sur des endroits visités car je n’ai pas eu le temps d’écrire tout ce que je voulais. Le voyage va donc continuer !

A très bientôt

PS : Merci de laisser votre commentaire ci-dessous, plutôt que dans Facebook ou ailleurs, qu’il reste avec l’article.

voyage-retour-essentiel

bonheur

* Chand Palace, 989 Jean Talon O., Montréal, H3N1S6 – 1.514.271.6000

.

12 Comments:

  1. Merci Dominique pour votre partage en toute authenticité . Votre vérité touche mon cœur qui aspire à vivre de plus en plus en toute transparence . Recevez mon amour puisque vous m’avez partagé le vôtre !
    Suzanne

  2. bonjour Dominique,
    j’ai lu votre dernier article sur votre retour après votre voyage de 3 mois en Europe. j’ai aussi lu quelques uns des autres durant ce voyage. merci de partager avec tant de simplicité, votre ressenti, vos aventures humaines. c’est tellement chaleureux. je suis aussi célibataire, sans enfant, peut-être que c’est cette affinité là qui me touche chez vous, parce que je me retrouve très souvent dans ce que vous écrivez sur vos états d’âme. Et pourtant il n’y a pas un seul schéma de vie qui soit mieux que d’autres. c’est le mien, j’accepte ce que je vis, pas toujours facilement j’avoue,. c’est aussi un peu comme une famille ce que je lis chez vous. vous voyez, vous arrivez à faire passer beaucoup d’amour, même si la distance est celle d’internet. rien ne vaut la présence physique,mais je retrouve un miroir qui me ressemble. merci à vous. continuez comme cela. Françoise

    • Merci beaucoup Françoise. J’écris toujours avec les mots qui coulent à travers mon coeur jusqu’à mes doigts, simplement, et je ne connais pas la portée de mes écrits mais, quand je vous lis, cela me touche beaucoup car cela me confirme que, quand on est branché à son coeur, alors les mots sont vrais et peuvent résonner. Nous nous retrouvons à travers nos vécus et nos expériences. Merci d’être là…

  3. mille merci pour tous tes cadeaux,, j ai beaucoup appris, tu m as donné plusieurs voies…merci de ton écoute patiente envers tout le monde du stage a neuch je sais que tu es sur le bon chemin,et je garde le coquillage….en fond d écran!!!!
    affectueusement
    gilbert
    ps et +++++++ pour TOI

    • Merci Gilbert, cette rencontre n’est que la première de plusieurs autres, j’en suis certaine. Que ce chemin que tu as ouvert t’apporte tout ce que tu désires… et même plus ! Bises du Québec

  4. Un beau texte très touchant, Dominique. Tu n’es pas seule chez-toi, il y a ton beau Milô, que j’ai cru au ciel à un certain moment.
    Louise, avec toute mon affection.

  5. Bonsoir dominique
    Je lis chacun de vos messages .ils m’apportent beaucoup. Je ne sais pas ecrire comme vous, pas la même facilité mais je l’accepte .je vous admire et vous envie .j’aimerai vivre dans cet instant et ce présent mais ma vie n’est faite que de regards dans le rétro .mon fils est parti rejoindre les étoiles le 30 août 2011 , ma maman est partie le 1 mai 20 14 et mon papa je l’ai enterré e 1 octobre 2014 .comment accepter ses départs et ses manquent ( je me suis occupée de mes parents jusqu’au bout et à la maison ) .je ne vois pas où ne ressens pas tous ces signes qui vous font avancer .la porte de ma maison et de mon coeur est fermée à double tour .La seule personne qui trouve grâce est mon petit fils jule ne le 31 août 2010 , le fils de ma fille .
    Je n’ai pas pu venir à vos groupes mais peut être en mars 2015 ?????
    Merci d’avoir pris un petit moment pour me lire et continuer à me faire voyager
    Amicalement
    Dom

    • Bonjour Dominique, les épreuves et les manquent nous obligent à apprécier notre force de vie et à l’employer chaque jour pour avancer et réaliser que seul le moment présent est important, celui où on est bien et en paix. Je vous souhaite de retrouver le bonheur d’être et la joie de vivre et je serai heureuse de vous accueillir dans un de ces stages au printemps prochain. Continuons à voyager, c’est une autre façon de se retrouver…

  6. Bonjour Dominique ! Quelle aventure ! Vraiment passionnant de suivre le dévoilement de ton chemin ! Comme quelqu’un l’a si bien dit dans un atelier l’été passé (et j’espère que je ne déformerais pas trop…), « chaque fois que je pose un pied dans le vide, la terre apparaît sous mes pas ». Tu en offres l’exemple concret, sans l’enjoliver, sans occulter les difficultés. Oser poser le pied dans le vide, sentir sa peur, s’appuyer sur la foi pour avancer, avoir l’audace de vivre sa vie comme une aventure vibrante sans économiser ses ressources, s’ouvrir à recevoir et se délecter. Je pense que tu contribues par ton parcours et tes témoignages à l’émancipation et au bonheur de tous. Merci.
    Je t’envoie mille becs tendres et reconnaissants.
    Au plaisir,
    Cécile

    • Chère Cécile, merci pour ton beau message qui me touche beaucoup. Je fais juste partager des bouts de vie mais je ne me rends jamais compte de la portée de mes mots aussi je suis toujours bien heureuse de voir qu’ils ont touché et apporté quelque petit bonheur quelque part à quelqu’un dans le monde.
      Merci d’être là et au plaisir de te revoir j’espère bientôt !
      Je t’embrasse
      PS : la jolie phrase que j’aime tant, c’est Annie qui l’avait dite 😉

Laisser un commentaire